Malmort

by Imperial

/
1.
Malmort 04:36
Malmort La ville noire Le ciel est rouge Eclair les remparts Qui tirent sur tout ce qui bouge Flotte l’étendard De la lune rouge La preuve de son pouvoir Le peuple qui a voté pour moi Vie avec les rats L’égout est son habitat J’aimerai brûler tout ça Regarde dehors Je leur construis Malmort C’est pour ça qu’ils m’adorent Je leur promets un meilleur sort Crois-moi, ils ont tort Je manipulerai ces porcs Sans efforts, comme un senior Je régnerai sur Malmort Il y aura le jardin des crânes Témoignant du sort des profanes J’y construirai une cabane Pour y baiser mes courtisanes Pour les gens, pas de problèmes Les égouts seront les mêmes Les soi-disant H.L.M. Feront de belles arènes, de beaux harems Malmort Jamais ne dort Gardé comme un coffre fort Par les miradors Mes cavaliers sont dehors Dès que le soleil sort Les fumées font partie du décor Les cris sont toujours aussi forts J’espère qu’aujourd’hui Vous aurez enfin compris Vraiment qui je suis C’est vous qui m’avez choisi Votre vie est toujours réduite Maintenant que ma ville est construite N’essayez pas la fuite Mes cavaliers vont vite Entend les cloches de mon royaume Elles résonnent haut dans le ciel Elles glorifient mon règne Elles glorifient la lune rouge Les cloches résonnent dans le ciel Encore un autre jour sous mon règne Elles résonnent dans les murs de Malmort Le son de ma tyrannie
2.
Gouverner 03:27
Gouverner pour la gloire Ivre de pouvoir Le tyran se prépare A l’abri des regards Ne rien laisser au hasard Ecarter les bavards Bien choisir ses mouchards “Le flingue dans le tiroir” Sur les photos On ne voit que les dents Dans les journaux On ne voit pas qu’il ment Sur les photos On ne voit que les dents Dans les journaux On ne voit pas qu’il ment Gouverner est un art La justice répare Les dossiers qui s’égarent Sont mis à l’écart Biens rangés dans un placard Surveillés par des cafards Percevant des pourboires Personne ne doit savoir Gouverner est une science Manipuler à distance Nécessite la patience Savoir ce que les gens pensent Favoriser leurs dépenses Eviter les défaillances Acheter ce silence Que l’on nomme “secret défense” Gouverner est une technique Dure en est la pratique Seul un esprit tactique Peut récolter du fric Au nom de la République Grâce aux devoirs civiques Brique après brique Le pouvoir se fabrique Sur les photos On ne voit que les dents Dans les journaux On ne voit pas qu’il ment Recouvrir la brèche Rallumer la mèche Les sondages montent en flèche Les caisses de l’Etat s’assèchent Les élections approchent Il faut se remplir les poches Ignorer les reproches Les accusations ricochent Sur les photos On ne voit que les dents Dans les journaux On ne voit pas qu’il ment…
3.
Paolla 04:34
Entre deux étages Croise un anthropophage Entre deux essorages Assiste à un carnage Il reste de l’œsophage Sur le carrelage La pauvre est en nage Ce n’est plus de son âge Le ménage n’attend pas Surtout pour Paolla C’est pour ça qu’elle est là Elle sait qu’elle n’a pas le choix Paolla, fait le café Paolla, frotte le parquet Paolla, va ramasser Des bouts de cervelle éclatée C’est dur de ne pas glisser Sur le sang coagulé Les tripes y restent collés A quatre pattes, elle doit gratter Un estomac tout collant Les restes d’un enfant Quand elle passe le ballet dedans Ca fait un bruit dégoûtant Une paire de poumons collée au plafond Tirez la un peu et ça tombe dans les yeux Tirez la encore, ça sentira plus fort Paolla sait tout ça, elle y va avec les doigts De la cave au grenier Le pire c’est l’escalier Monter, descendre, monter D’une main le seau, de l’autre le ballet Elle ne doit pas trébucher Sur les corps empilés Sur les membres arrachés Qui commencent à dauber La chasse à l’asticot ça fait mal au dos de Paolla Il faut remplir un plein seau et monter sur le toit Le vider d’en haut pour nourrir les gens d’en bas Elle sait ce que c’est qu’d'avoir les crocs, elle y a goutté déjà Comment fais-tu Paolla, Pour pas dégueuler sur ton ballet ? Comment fais-tu Paolla, Pour pas dégueuler sur ton ballet ? Comment fais-tu Paolla, Pour pas dégueuler sur ton ballet ? Comment fais-tu Paolla, Pour pas dégueuler sur ton ballet ? Comment fais-tu Paolla, Pour pas dégueuler sur ton ballet ? Comment fais-tu Paolla, Pour pas dégueuler sur ton ballet ?
4.
Baiser un mort comme un porc C’est courant à Malmort Je peux te vendre un corps Il est à toi jusqu’à l’aurore Le latex dans le sexe, ici c’est dépassé C’est gattex si tu veux déterrer Ton ex, il suffit de demander Si tu payes un max. , je peux la relooker Tes économies passent dans ton lit Où tu jouis dans une odeur de pourri Refroidi, tu finis dans une orgie Où t’es le seul ici qui est en vie Des tabous, il n’y en a plus du tout Des tatous qui paraissent un peu flous Ca, il y en a partout où c’est mou C’est fou comme c’est froid et pas doux Si la foune est prête à déborder Si elle va couler, c’est qu’il faut la changer Mauvaise qualité, la date est périmée De toute façon, t’es satisfait ou remboursé Le sexe funéraire, c’est pas trop cher C’est moi qui gère ma propre affaire J’ère dans les cimetières, je déterre Pour te fournir la matière première Tes économies passent dans ton lit Où tu jouis dans une odeur de pourri Refroidi, tu finis dans une orgie Où t’es le seul ici qui est en vie Oubliant les corps en chaleur Laissant place à la froideur Baisant dans une sale odeur Du bonheur dans leur malheur Tu t’en fou si ça pue Pourvue qu’elle ait un beau cul Et qu’elle soit bien foutue La foune toujours poilue Ne t’en fais donc pas ma puce J’ai empaillé des phallus Pour les femmes qui sucent Ou bien pour ton anus Tes économies passent dans ton lit Où tu jouis dans une odeur de pourri Refroidi, tu finis dans une orgie Où t’es le seul ici qui est en vie Des tabous, il n’y en a plus du tout Des tatous qui paraissent un peu flous Ca, il y en a partout où c’est mou C’est fou comme c’est froid et pas doux Des tabous, il n’y en a plus du tout Des tatous qui paraissent un peu flous Ca, il y en a partout où c’est mou C’est fou comme c’est froid et pas doux
5.
Le Metal 03:35
Ca reste immoral Toujours illégal Pour tous les gens banals Le Metal Toujours brutal Toujours fatal A jamais musical Le Metal Rien qu’une bande de chacals Aux cheveux sales Toujours marginal Toujours cannibale Rien qu’une bande de vandales Pour une industrie musicale Qui est bien trop bancale Le Metal Toujours avancé Jamais dépassé Toujours nuancé Dans cette brutalité Inégalée Le Metal est pensé A jamais enraciné Et ça les fait chier Fout le camp, parasite Toi qui médite Tes sales critiques Sur ma musique Le Metal nique Les messages archaïques De tous ceux qui font les flics Dans ma musique Diabolisé Et méprisé Le Metal est voué A toujours lutter Pour affirmer Sa musicalité Son identité Qui ne sont plus à prouver Basse truandée Guitares saturées Batterie martelée Et cris d’égorgés Fans enragés Fièrement cloutés Le poing levé Le Metal est célébré Au fait, connais-tu la double pénétration Qui souille ton âme jusqu’à saturation Et plonge ta conscience dans l’aberration ? C’est la pire de toutes les dépressions Si t’as un doute, t’inquiète Essaye, pose notre galette Elle rend les oreilles en miettes Elle va t’exploser la tête Essaye, c’est bon Se faire enfiler par le son Le cerveau en ébullition Tu vas faire dans ton pantalon C’est notre mission Un viol à l’ultrason Par la pénétration Sans te péter le fion Prend ça, Bouffe ça Jusqu’à c’que t’en crève C’est parti, on t’achève T’en peu plus, t’en veux plus Mais il n’y a pas de trêve C’est parti, on t’achève Un son si brutal Un son génital Pire que la fouille rectale Le Metal C’est un viol cérébral Une musique de mâle La peine capitale…
6.
7.
Domination 05:03
Pas de héros En état de soumission En perpétuelle exploitation En constante domination Pas de héros en état d’infériorité En perpétuelle pénalité En constante insécurité Ne traverse pas la ligne Et pleure ceux qui meurent Ne traverse pas la ligne Pleure pour ce que tu vois La peur de pleurer Pleurer quand on a peur Peur de l’empereur Pleurer pour qu’il meure Etre de la pourriture Avoir le corps qui suppure Catalogué Enchaîné Avoir peur des blessures Et manquer de nourriture Numéroté Agenouillé Ramené des batailles Les chaînes qui les entaillent Tatoué Fiché Ils marchent comme du bétail Esclaves, où qu’ils aillent Insulté Fouetté Pas de héros ici La fête est finie Malmort mon pays Enfin s’agrandi Pas de héros ici Malmort se bâtit Dans la tyrannie De l’ordre établi Ma caravane Tu la vois arriver Ma caravane C’est bon, tu la connais Ton maître, tu dois le respecter Si t’es toujours en vie, c’est grâce à lui Ton maître, tu dois le remercier Si t’es toujours en vie, c’est grâce à ton mépris Je serai toujours là pour faire respecter la loi Et servir mon maître comme il se doit Je fouette pour rappeler qu’il est là Si tu rebelles, ta cervelle Finira collée sous ma semelle Si tu rebelles, ose, je t’explose Et te coupe en lamelles Ferme ta gueule et prend ta pelle Les faibles sont achevés Les femmes sont violées Le reste est fait prisonnier Main d’œuvre pas chère payée Ma caravane Tu la vois arriver Ma caravane C’est bon, tu la connais Ma caravane Tu sais pourquoi elle vient Ma caravane Elle vient chercher les tiens Ma caravane Arrête de te plaindre Ma caravane Tu vas la rejoindre Ma caravane Si tu veux survivre Ma caravane A toi de la suivre Tu la vois arriver C’est bon, tu la connais Tu sais pourquoi elle vient Elle vient prendre les tiens
8.
Le cul est tabou Un peu pour tout le monde Mais ma bite est partout Derrière le cul des blondes Je regarde surtout Leurs belles fesses rondes Et je matte en dessous Pour voir si elles se tondent Elles ne veulent qu’une chose C’est que la rondelle explose J’arrive et leur propose Ma belle langue rose Elle va voir la saloppe Ce que c’est qu’un vrai mâle Avec mes sauts d’antilopes Et mon palot buccal Elle me dit “je suis pucelle” Je lui dis “met toi relax” Puis je tire sur la ficelle Pour retirer son Tampax Ma langue a esquivé Les règles, c’est pas l’idéal J’ai bien failli m’étouffer En avalant un poil Elle me dit “s’il te plait Défonces moi le vagin Avec ton poing fermé Car je ne sens plus rien” Alors je m’exécute Avec un double uppercut Tandis que cette pute Pousse des cris de chienne en rut J’enchaîne avec un coup de boule Pour bien lui tanner la moule “Excuse-moi si j’me défoule je vais y aller plus cool” Ma bite entre ses dents Me chatouillait le gland Je lui dis tendrement “J’ai pas eu le temps D’aller pisser avant” Elle, pas choquée pour autant Avala goulûment Et dit “merci” en rotant “Oui, vraiment, merci Tu m’as ouvert l’appétit Donne-moi le plat d’résistance Histoire de pas casser l’ambiance Ta bite n’était pas trop mal Mais pas assez bestial T’as qu’à ramener un cheval Moi j’ai envie qu’on m’empale”
9.
Confessé 02:54
Transpercé de ses yeux d’orphelin Une si soudaine impression de déjà-vu Caressé de sa voix aux parfums divins La certitude de l’avoir reconnu Voué aux malices de ma détresse Je boie le calice de la résurrection Goûtant le délice de ses promesses Vénérant le supplice de ma lacération Gelé par la froideur de son couteau Je pénètre dans ses yeux de serpent A genoux pour embrasser le joyau Incrusté sur sa bague en argent Il me parle de petits chemins de pierres Me conduisant vers le néant Sa lame, ses chants, ses prières Se mêlent à ma chaire et mon sang Je sais que c’est maintenant C’est le moment… Transpirant mes dernières gouttes de vie Je paye le prix de mes péchés Persuadé que la mort n’est qu’un état d’esprit Je sais qu’il va me pardonner Des yeux suppurants de plénitude La fin d’une longue confession Des larmes remplies de gratitude Pour clôturer son pardon Hello God My name is Tod and i’m dead Your son is ressuscitate, don’t deny it I’m the proof , he has killed me He’s Charlie , he’s the Christ
10.
Elle et Bobby C’est pour la vie C’est c’qu’elle se dit Quand elle est avec lui Tous les deux sur l’étang Sur un voilier emporté par le vent Le destin en a voulu autrement Bobby est mort en se noyant Les eaux sont vertes dans l’étang de Berre Les usines y vident leurs containers Les villes balancent leurs ordures ménagères Si tu tombes dedans, fais tes prières Il tomba dans l’eau subitement Emporté par les courants Elle et Bobby C’était fini C’est c’qu’elle se dit Maintenant qu’il est parti Elle vit Bobby se gonfler Et sa peau devenir bleutée Les eaux troubles de l’étang de Berre Pullulent de bestioles qui vivent un calvaire Les poissons mutent en mammifères Ils ont des poumons et respirent de l’air Et puis vint une nuit Elle sursauta dans son lit Réveillée par une odeur pourrie Elle reconnu son Bobby C’est fou c’qu’il avait grossi Bobby est devenu un zombi Elle se dit “ben, tant pis !” L’essentiel, c’est qu’il soit ici Elle lui dit de s’approcher Elle vit ses veines gonflées Elle les vit exploser Et du sang bleu couler “Alors, dit moi ma chérie Contente de revoir ton Bobby ? Tu ne viens pas m’embrasser ? Je suis revenu exprès” L’eau de l’étang est miraculeuse Malgré qu’elle soit visqueuse Si tu vois un corps échoué sur le bord C’est qu’il n’est pas mort, il dort Elle réfléchie, puis fit la moue Elle se dit qu’après tout, “ce n’est qu’un bisou ” Si elle ferme les yeux, elle verra rien du tout Le problème c’est qu’il pue l’égout “Oui mon Bobby (putain, c’qu’il est moche !) Je t’aime mon chéri (quelle horrible bidoche !) Toi et moi , pour la vie (putain, c’qu’il peut puer !) Tu le sais, c’était écris (j’ai envie de gerber)” Bobby toussota Un poumon se décrocha Et se scratcha sur ses pieds Comme une serpillière mouillée Elle embrassa Bobby Dans sa bouche, elle vomit Il sourit, elle aussi Cette histoire d’amour est finie
11.
Parabolles 03:01
Tu crois ce que t’entends Tu entends ce que tu crois Si tu crois toutes mes conneries C’est que t’es plus con que moi Je peints avec mon sang Mes cavaliers au regard de serpent Massacrant ta femme et tes enfants Seule la Lune Rouge me comprend Je brûle sur un bûché C’est le sort que les chrétiens m’ont réservé J’ai juste eu le temps de me confesser J’espère que tu as tout noté Maintenant, t’as plus qu’à la chanter A tes potes, au monde entier Avec une voix de névrosé Comme je l’ai fait dans « La Femme Brûlée » Tu crois ce que t’entends Tu entends ce que tu crois Si tu vois ce que je veux dire C’est que t’es moins con que c’que j’croyais Ne fais pas la parabole Quand tu écoutes tes idoles Et leurs paroles folles Ici t’es plus à l’école Je vie devant mon miroir Pas question que l’on se sépare Je suis mort en même temps que la Terre Dissoute par l’orage nucléaire A Malmort, je fouette les esclaves Je suis là pour qu’ils en bavent A Malmort, je vend des corps Baisables jusqu’à l’aurore J’ai envie de tuer la Terre entière Tout ça parce que je vie dans la misère C’est mon affaire, y a pas de quoi être fier Seule la haine me pousse à faire ce type de commentaires Tu crois ce que t’entends Tu entends ce que tu crois Si tu vois ce que je veux dire C’est que t’es moins con que c’que j’croyais
12.
Dark 03:56
13.
Cannibale 04:15
Dans ta peau te sens tu cannibale? Je vois que la chaire humaine t’emballe Tu as terriblement l’air affamé La chaire humaine te ferait-elle bander? Tu as vraiment l’air de t’acharner Sur ton appétissant déjeuner Mâchouille bien ce délicieux mollet Sinon tu risques de t’étouffer T’as déjà tout ingurgité T’as pas fini de digérer Que t’as encore envie de bouffer Ton estomac va pas aimer Alors comme ça tu en reprends As-tu trouvé ça succulent? T’as déjà fini ton bout de pied T’es tenté pour t’attaquer au mollet Ce n’est pas très raisonnable Ce corps va être méconnaissable Il n’a déjà plus de cheveux Ca sera nettement moins savoureux Tu l’as déjà bouffé jusqu’à l’os En le trempant dans un restant de sauce A présent tu le ronges comme un chien féroce Du calme, il reste encore du monde dans la fausse Est-ce que tu comptes récupérer la peau Il te faudra pour cela de bons ciseaux Tu pourrais te faire un joli manteau Ou bien une cagoule de bourreau N’hésite pas à me dire si ça te dérange Que quelqu’un te regarde quand tu manges Un charnier pour un acharné Un charnier pour un affamé Le carnaval d’un cannibale A ce qu’il parait, une fête tribale Et qui m’a l’air pas très amicale Je crois que j’vais finir comme casse-dalle Le carnaval d’un cannibale A ce qu’il parait, une coutume locale Et qui m’a l’air pas très amicale Je crois que j’vais finir comme casse-dalle…putain!
14.
L'enfermé 02:44
Damné par des rivières qui me rongent L’ahurissante folie de mes songes Je ne voulais pas trop parler mais partir en paix Je n’acclame plus aucune pensée Toutes mes conclusions s’éloignent Et la ténacité qui m’accompagne Me perdant dans ce puit profond Pour mieux goûter ce poison Je chavire dans l’abstinence Me renfermant dans cette inconvenance Ne glorifiant plus que moi Dois-je mépriser ma foi ? Lueur d’une sombre intimité D’une dépendance inanimée Je reste seul à m’émouvoir A perdre le goût du pouvoir
15.
Assis sur le chiotte La goutte de sueur sur le front La peur qu’un mange-crottes Surgisse et me croque le fion Ca passe par les caniveaux Attiré par les matières foecales Ca remonte par les tuyaux Ma cuvette devient son bocal Je tire sur la chasse sans cesse Lorsque j’entends son cri percent En attendant, je serre les fesses Rester toujours vigilant Ne pas mettre la main trop près En jetant le P.Q. usagé Cette bestiole est affamée Mon cul est son garde mangé La nuit j’entends gratter La nuit j’entends grogner Ce soir mes chiottes vont briller D’une blancheur étincelante de propreté Quand il barbotte dans la fausse septique Il met tout l’immeuble en panique Moi j’ai su assurer mes arrières J’ai fait assurer mon derrière J’avoue, je m’y suis attaché Une certaine complicité est née Je me sens moins seul, c’est vrai Il aime ce que je lui donne à manger La nuit j’entends gratter La nuit j’entends grogner La nuit j’entends son appel Se sentir moins seul rend la vie plus belle qu’une poubelle La nuit j’entends gratter La nuit j’entends grogner Ce soir mes chiottes vont briller D’une blancheur étincelante de propreté Se sentir moins seul rend la vie plus belle qu’une poubelle

about

- "Malmort" has been released in 1999 on CD by Osmose Productions: 11 Tracks, recorded at Tony Studio, February 1999. Still available.
- "Moonblood (Ten Years of IMPERIAL)" EP has been released in 2002 by Dream Evil Records: 4 bonus tracks produced by Imperial from 1992 to 2000. Sold out.

credits

released April 1, 1999

"Malmort" credits:
Qojau: guitar, bass
Skrow: vocals
Richard: Drums

"Moonblood" credits:
Qojau: guitar
Skrow: vocals, bass

Artwork 2011 by André Reina.

license

all rights reserved

tags

about

Imperial Marseille, France

Imperial is a french Extreme Metal band formed in 1992 by Qojau & Skrow.

contact / help

Contact Imperial

Report this album or account

If you like Imperial, you may also like: